Vivian Ostrovsky – Plunge (Parts 1 & 2)

 Part 1 

  • ICE/SEA 2005, 32 mins 
  • UTA MAKURA (PILLOW POEMS) 1995, 20 mins 
  • U.S.S.A. 1985, 12 mins 
  • EAT 1988, 16 mins 
  • AMERICAN INTERNATIONAL PICTURES 1997, 5 mins 
  • WORK AND PROGRESS 1999, 12 mins 
  • TATITUDE 2009, 4 mins 
  • PUBLIC DOMAIN 1996, 13 mins 

Part 2

  •  ALLERS-VENUES 1984, 14 mins 
  • LOSING THE THREAD 2014, 9 mins 
  • MOVIE (V.O.) 1982, 9 mins 
  • THE TITLE WAS SHOT 2009, 9 mins 
  • WHEREVER WAS NEVER THERE 2011, 7 mins 
  • P.W. PAINTBRUSHES AND PANELS 2010, 16 mins 
  • CORrespondência e REcorDAÇÕES 2013, 12 mins 
  • COPACABANA BEACH 1983, 10 mins 

An intimate – yet humorous – act of cultural resistance, the cinema of Vivian Ostrovsky is a gesture, implying the filmmaker’s entire body – as she travels around the world, carrying the gear, framing with a camera-eye. She digs in archival footage for an immense repertory of cinematic gestures performed by others – and playfully edits them with her own Super-8 shots. Multi-culturalism and polyglotism are woven into this poetics of displacement.  – Bérénice Reynaud 

Le cinéma de Vivian Ostrovsky est un acte de résistance culturelle, intime et humoristique, un geste qui implique que le corps entier de la réalisatrice s’engage dans le processus filmique, lors de ses voyages autour du monde avec sa caméra et son matériel en cadrant les images par l’oeil-caméra. Elle cherche dans ses images d’archives personnelles des gestes cinématographiques réalisés par d’autres avant elle, pour les monter de façon ludique avec ses propres clichés Super 8. Le multiculturalisme et le multilinguisme s’entrelacent alors dans une même poétique du déplacement. – Bérénice Reynaud